infos pratiques

Du mercredi 7 au vendredi 23 décembre 2016

mercredis à 15 h
samedis et dimanches à 17 h
Pendant les vacances scolaires (du 20 au 23 décembre), représentations à 15 h.
Du 5 au 16 décembre : séances pour les scolaires, informations sur demande.

Durée :

40 min

Tarif B :

14€ / 12€ /8€

Compagnie Ches Panses Vertes
Où je vais quand je ferme les yeux ?

Du 7 au 23 décembre 2016

Création 2015

dès 3 ans

LE SPECTACLE
Songe en musique et en couleur

Être au chaud dans sa maison, comme c'est bon. Avoir un toit sur la tête et se sentir chez soi, comme c'est apaisant. Habiter sa maison, puis le monde, est un apprentissage, nous dit une conteuse habillée de mille couleurs. Elle chante l'histoire d'un petit garçon, ses journées et les songes qu'il fait la nuit. Avec des comptines rondes et légères, des silhouettes en papier translucide et des images de lumière qu'elle dessine en direct, cette bonne fée tisse un univers plein de douceur. Le tout est enveloppé d'une matière sonore aux nuances orientales et slaves, composée par Karine Dumont.

Assis sur de la laine moelleuse, tout près de la comédienne qui s'adresse à eux les yeux dans les yeux, les jeunes spectateurs sont invités à partir dans l'imaginaire. La metteuse en scène Sylvie Baillon signe avec  son complice Éric Goulouzelle une oeuvre pour les tout-petits avec le même souci que lorsqu'elle fait des spectacles pour les adolescents : faire entendre des histoires qui fortifient le désir d'avancer dans la vie. Les mots de l'écrivain Jean Cagnard, emplis de métaphores poétiques, transmettent une gourmandise pour le verbe et une fantaisie presque surréaliste. Ils soulignent que la maison, château ou chalet, yourte ou igloo, est un abri qui aide à devenir grand. Pour quitter peu à peu le nid familial et s'aventurer vers le monde qui nous entoure.

En attendant, on peut toujours fermer les yeux et voyager...

la compagnie

Compagnie Ches Panses Vertes

La compagnie Ches Panses Vertes a choisi de s'enraciner dans la terre qui l'a vue naître il y a une quarantaine d'années, à Amiens et d’y construire une force artistique. La directrice de la compagnie, Sylvie Baillon, y a bâti un Pôle des arts de la marionnette rayonnant dans la région picarde et bien plus loin. Dans ses spectacles, la metteuse en scène défend un théâtre de textes qui s'appuie sur la marionnette pour parler de notre époque. Elle choisit, à chaque fois, de passer commande à un auteur d'une pièce sur un thème actuel – l'écrivain devient alors son complice. François Chaffin a écrit pour elle Savez-vous que je peux sourire et tuer en même temps ?, sur la monstruosité. Pour la prochaine création Une tache sur l'aile du papillon, le Belge Alain Cofino Gomez a imaginé un conte sur la guerre. Il est un partenaire fidèle de la compagnie comme le romancier Jean Cagnard, qui a composé Où je vais quand je ferme les yeux ? Parce qu'elle estime qu'il y a urgence à s'adresser aux plus jeunes, Sylvie Baillon imagine régulièrement des spectacles pour eux. Avec l'ambition renouvelée de leur adresser une parole d'espoir. Soudain ils arrêtèrent la mer, de Valérie Deronzier, aborde les relations entre enfants et personnes âgées. Qu'elle parle aux jeunes ou aux adultes, la marionnette agit chez Sylvie Baillon comme un « totem ». L'objet, qu'il soit animé ou immobile, a la vertu de créer du silence autour de lui et fait entendre le texte avec une acuité particulière.

distribution

Texte de Jean Cagnard
Co-mise en scène : Sylvie Baillon et Éric Goulouzelle
Interprète : Luce Amoros
Création marionnettes : Éric Goulouzelle assisté de Laura Cros
Scénographie : Antoine Vasseur
Décor : Les Ateliers Jipanco
Costumes : Sophie Schaal
Composition musique : Karine Dumont
Régie : Yvig Cambien

production

Production : Le Tas de Sable - Ches Panses Vertes, Pôle des Arts de la marionnette en région Picardie, Lieu-compagnie marionnette
Coproduction : Coopérative Réso Picardie Théâtre, Le Passage – Scène conventionnée Théâtre et Objet (Fécamp)
Soutiens : Maison du Théâtre d’Amiens, Communauté de communes Bocage-Hallue.

L'exposition : Les mots comme matériaux

Créées pour la plupart par Éric Goulouzelle, les marionnettes exposées ont été façonnées par les mots d’auteurs. Les textes de François Chaffin, Valérie Deronzier, Alain Cofino Gomez ou encore Nicole Galigaris ont inspiré de ces oeuvres plastiques où la matière recèle d’émotions. Le grillage évoque les vaisseaux sanguins des corps abîmés par la guerre, le papier raconte la fragilité de la vie, les images numériques traduisent la réalité mouvante. Une exposition qui retrace trente ans de création, de texte, de construction.

infos pratiques

Du mercredi 7 au vendredi 23 décembre 2016

mercredis à 15 h
samedis et dimanches à 17 h
Pendant les vacances scolaires (du 20 au 23 décembre), représentations à 15 h.
Du 5 au 16 décembre : séances pour les scolaires, informations sur demande.

Durée :

40 min

Tarif B :

14€ / 12€ /8€