Message d'erreur

  • Notice : Undefined index: body dans include() (ligne 12 dans /homepages/12/d311848725/htdocs/mouffetard/sites/all/themes/mouffetard/templates/node--tarifs.tpl.php).
  • Notice : Undefined index: body dans include() (ligne 12 dans /homepages/12/d311848725/htdocs/mouffetard/sites/all/themes/mouffetard/templates/node--tarifs.tpl.php).
infos pratiques

Du 6 au 23 décembre 2016

du mardi au samedi de 14 h 30 à 19 h
1 h avant et après les représentations

Entrée libre
Compagnie Ches Panses Vertes
Les mots comme matériaux

Exposition de marionnettes de la Cie Ches Panses Vertes

Du 6 au 23 décembre 2016

L'exposition

Créées pour la plupart par Éric Goulouzelle, les marionnettes exposées ont été façonnées par les mots d’auteurs. Les textes de François Chaffin, Valérie Deronzier, Alain Cofino Gomez ou encore Nicole Galigaris ont inspiré de ces oeuvres plastiques où la matière recèle d’émotions. Le grillage évoque les vaisseaux sanguins des corps abîmés par la guerre, le papier raconte la fragilité de la vie, les images numériques traduisent la réalité mouvante. Une exposition qui retrace trente ans de création, de texte, de construction.

la compagnie

Compagnie Ches Panses Vertes

La compagnie Ches Panses Vertes a choisi de s'enraciner dans la terre qui l'a vue naître il y a une quarantaine d'années, à Amiens et d’y construire une force artistique. La directrice de la compagnie, Sylvie Baillon, y a bâti un Pôle des arts de la marionnette rayonnant dans la région picarde et bien plus loin. Dans ses spectacles, la metteuse en scène défend un théâtre de textes qui s'appuie sur la marionnette pour parler de notre époque. Elle choisit, à chaque fois, de passer commande à un auteur d'une pièce sur un thème actuel – l'écrivain devient alors son complice. François Chaffin a écrit pour elle Savez-vous que je peux sourire et tuer en même temps ?, sur la monstruosité. Pour la prochaine création Une tache sur l'aile du papillon, le Belge Alain Cofino Gomez a imaginé un conte sur la guerre. Il est un partenaire fidèle de la compagnie comme le romancier Jean Cagnard, qui a composé Où je vais quand je ferme les yeux ? Parce qu'elle estime qu'il y a urgence à s'adresser aux plus jeunes, Sylvie Baillon imagine régulièrement des spectacles pour eux. Avec l'ambition renouvelée de leur adresser une parole d'espoir. Soudain ils arrêtèrent la mer, de Valérie Deronzier, aborde les relations entre enfants et personnes âgées. Qu'elle parle aux jeunes ou aux adultes, la marionnette agit chez Sylvie Baillon comme un « totem ». L'objet, qu'il soit animé ou immobile, a la vertu de créer du silence autour de lui et fait entendre le texte avec une acuité particulière.